L’Everest, entre sensations et responsabilité

AFP PHOTO/Namgyal SHERPA

Depuis toujours, la conquête de l’Everest a suscité fantasme et excitation chez tous les marcheurs aventuriers. A cheval sur le Népal et le Tibet, L’Everest doit son nom à George Everest, le géographe anglais qui a déterminé son altitude exacte. Plus haut sommet du monde (8848 mètres), l’Everest est l’un des symboles de l’Himalaya qui attire les touristes dans cette région d’Asie.

Le secteur du tourisme au Népal est aujourd’hui la première ressource économique du pays. Au fil du temps, les trekkeurs furent de plus en plus nombreux à Katmandou, point de départ des hautes vallées de l’Himalaya. Cet incroyable essor touristique n’a pas toujours été maitrisé par le gouvernement qui prône aujourd’hui une forme d’éco-tourisme.

Nous allons aujourd’hui vers un respect de l’environnement et des communautés comme en témoigne l’opération nettoyage Everest. Désormais, chaque Alpiniste devra ramasser 8 kilos de déchets abandonnés. Il s’agit de réparer un siècle de mauvaises habitudes et de milliers de détritus laissés sur le toit du monde. Au fil des expéditions, l’Everest est devenu une décharge à ciel ouvert et c’est bien dommage.

Publié par Nicolas

Soyez le premier à commenter